Adaptations des hiboux en tant que prédateurs

Les hiboux sont d’excellents chasseurs furtifs, capables de chasser dans l’obscurité et la lumière. Contrairement à certains de leurs cousins ​​​​éloignés, tels que les corbeaux et les vautours qui se nourrissent, les hiboux dépendent entièrement de leurs compétences en tant que prédateurs pour se nourrir. Leurs adaptations prédatrices sont si impressionnantes qu’elles ont inspiré nos propres efforts technologiques.

Vol silencieux

Le vol est une affaire typiquement bruyante. Qu’il s’agisse d’une tourterelle en deuil créant un sifflement distinct lorsqu’elle décolle et atterrit, ou d’un pigeon bruissant ses plumes lorsqu’il monte pour s’envoler, il est impossible d’échapper au fait que battre des ailes et battre des plumes font un son. À moins bien sûr que l’on considère les hiboux, les vrais maîtres de la furtivité. Le bord d’attaque de son aile est orné de plumes dentelées qui stabilisent l’oiseau et permettent également un vol silencieux mais pas silencieux. Tout bruit émis par les plumes est étouffé par les plumes fatiguées à l’arrière de l’aile. Ceux-ci agissent comme un déflecteur, absorbant le bruit de l’aile pour rendre les hiboux en vol presque inaudibles pour leurs proies.

Vision Suprême

Tous les hiboux ont de grands yeux, ce qui leur confère une bonne vue dans l’obscurité et la lumière. La chouette effraie fournit le meilleur exemple de vision supérieure de la chouette. Ses grands yeux sont extrêmement sensibles au mouvement et lui permettent de détecter le moindre mouvement. Mais ce qui est plus impressionnant, c’est sa capacité à voir exceptionnellement bien dans la lumière et dans l’obscurité. La chouette effraie sensible à la lumière peut également chasser dans des conditions de très faible luminosité et, comme il chasse généralement la nuit, cela est très bénéfique.

Audition aveugle

En plus d’une vue exceptionnelle, les hiboux comptent sur leur ouïe très sensible pour chasser. Les effraies des clochers et les chouettes lapones ont toutes deux des faces distinctement plates avec des sections en forme de disque sur le devant. Cette forme de visage permet à ces hiboux de canaliser le son de leur proie se déplaçant de l’avant du visage vers l’oreille, leur permettant de chasser à l’aveugle.

Outils du métier

Les principales armes d’un hibou sont ses pattes et ses serres. Les serres sont pointues, fortes et longues, permettant à la chouette de capturer et de tuer sa proie. Certains hiboux, notamment la chouette hulotte, utilisent leur bec pour porter un coup fatal à la base du crâne de leurs victimes, mais les serres sont souvent suffisamment meurtrières à elles seules.

Masqué de la vue

Les hiboux possèdent la vision et l’ouïe nécessaires pour détecter leurs proies dans l’obscurité parfaite, mais ils sont également assez doués pour rester eux-mêmes indétectables. Tous les hiboux comptent sur le camouflage et la coloration de leurs plumes est déterminée par la couleur de leur environnement. Le petit-duc maculé, par exemple, s’est adapté pour avoir une coloration argentée marbrée qui lui permet de se fondre parfaitement dans l’écorce des arbres dans lesquels il est assis.

Source

Laisser un commentaire