Comment galoper un cheval avec contrôle

Le contrôle du galop – la démarche la plus rapide et la plus dangereuse qu’un cheval puisse atteindre – est essentiel à la fois pour la sécurité et la bonne forme. Cette démarche à quatre temps augmente la durée de la suspension, qui correspond au temps pendant lequel les quatre sabots quittent le sol. Le cheval étend son nez et aplatit son dos, ce qui le rend plus difficile à contrôler par la pression des rênes et des jambes. C’est pourquoi il est important de pratiquer le contrôle à des allures plus lentes avant de passer au galop.

Préparation

Vous, le cavalier, devez maîtriser l’équilibre et le contrôle au pas, au trot et au galop avant de tenter le galop. Conditionnez les muscles des jambes ainsi que le haut du corps pour rester fermes et flexibles en selle, et développez l’endurance sur de longues périodes au trot et au galop. Pratiquez les transitions vers le bas pour que le cheval comprenne quand vous vous attendez à ce qu’il ralentisse; par exemple, passage du pas à l’arrêt, puis du trot à l’arrêt, et enfin du galop à l’arrêt. Le cheval a également besoin de force et de santé cardiovasculaire pour soutenir un galop. Le travail au trot prolongé aide à développer son endurance.

Emplacement

Une zone plate et confinée facilite la pratique. Remplissez ou nivelez les trous ou les changements d’élévation qui pourraient faire trébucher le cheval. Un galop contrôlé nécessite un équilibre du pied pour que le cheval puisse maintenir son équilibre. Les grandes arènes fonctionnent bien à cette fin car vous pouvez demander un galop sur les côtés longs de l’arène, puis revenir au galop ou au trot sur les côtés courts. Si vous galopez un cheval dans un champ ouvert, augmentez la vitesse en vous éloignant de la grange, puis passez à une démarche plus lente lorsque vous vous en approchez. Les chevaux de grange aigres se précipitent souvent vers leurs stalles s’ils sont autorisés à galoper dans cette direction.

Position

Une position à deux points ou demi-siège fonctionne mieux sur un cheval au galop. En deux points, vous soulevez entièrement votre siège hors de la selle, ce qui enlève votre poids du dos du cheval. Vous vous penchez légèrement vers l’avant au niveau des hanches et vous enfoncez votre poids dans ses talons. Une position demi-selle offre plus de contrôle et se produit lorsque vous transférez une partie de votre poids sur la selle. Soulevez la tête et la poitrine, et raccourcissez vos rênes pour maintenir un contact constant entre vos mains et le mors.

Galop à la main

Un galop à la main fonctionne mieux au départ qu’un galop complet. Pendant ce galop prolongé, le cheval allonge sa foulée et aplatit son dos. Il est plus contrôlé qu’un galop complet et vous donne plus de souplesse en termes de vitesse. En compétition, comme les concours complets ou les concours de saut d’obstacles, le galop à la main est plus courant que le galop complet. Si le cheval tente d’atteindre des vitesses plus élevées que vous ne le souhaitez, récupérez-le à nouveau ou passez à une démarche plus lente avant de réessayer.

Sécurité

Échauffez le cheval avec beaucoup de pas, de trot et de galop avant de tenter un galop contrôlé. Faites des cercles et des serpentins pour détendre ses muscles et préparer son corps. Comme le galop est plus dur pour les jambes du cheval, il doit porter des cloches ainsi que des bottes à attelle ou des bottes de médecine sportive. Cela l’empêche de couper ses bandes de couronne avant avec ses sabots arrière et protège ses articulations et ses ligaments de la tension.

Source

Laisser un commentaire