Les chèvres naines s’entendent-elles avec les chiens ?

Une chèvre naine est un paquet de plaisir bondissant, un animal sympathique avec la capacité étrange de nettoyer une parcelle d’herbe à puce avant d’atteindre l’herbicide. Un favori de longue date de la ferme, les chèvres naines gagnent en popularité dans les banlieues et les zones urbaines, avec des pygmées en laisse qui trottent sur les trottoirs d’un océan à l’autre. Cependant, l’ajout d’une chèvre à votre jardin est une décision importante, qui doit tenir compte de problèmes tels que la compatibilité de l’animal avec les chiens.

Les chèvres sont des proies

Il est important de comprendre qu’une chèvre est une proie située vers le bas de la chaîne alimentaire. En tant que ruminant, son corps est adapté pour collecter et stocker rapidement une grande quantité de nourriture, épargnant même l’acte de mâcher, lorsqu’il a trouvé un endroit sûr pour se reposer. La survie est encodée dans ses gènes et une chèvre pygmée face à un prédateur choisira toujours « fuir » plutôt que « combattre ». Dans la nature, les canidés sont le principal danger d’une chèvre, et la relation prédateur/proie sauvage peut refaire surface dans le couple de chiens et de chèvres le plus domestiqué.

Les chiens comme prédateurs

gros plan d'un rottweiler

En règle générale, la principale préoccupation du gardien de chèvre naine pour l’animal doit être la protection contre les chiens voisins. Plus que la maladie ou tout autre problème de santé, les chiens domestiques représentent la plus grande menace pour le bien-être du petit ruminant. Une chèvre doit être protégée des chiens voisins, avec des clôtures solides installées et vérifiées régulièrement. Alors que les chiens sauvages et les coyotes sont synonymes de danger pour une chèvre naine, elle est plus susceptible de mourir entre les mâchoires du chien d’à côté.

Le chien de la famille

Labrador chocolat

Mais qu’en est-il de votre meilleur ami, le chien de famille qui dort à vos pieds et s’ébat avec vos enfants ? Dans ses gènes, Fido est le descendant des loups et n’ébranlera jamais complètement ce goût primitif pour le chevron. Bien qu’il existe des histoires de chèvres et de chiens élevés en harmonie à l’amiable, même le chien le plus sage a besoin d’une surveillance constante en présence d’une chèvre, en particulier une aussi grosse que le pygmée. L’équation est simple : le chien fait peur à la chèvre, la chèvre court comme une proie, le chien réagit comme un prédateur. Même un chien espiègle peut tuer une chèvre, car une chèvre se tuera avant d’affronter son poursuivant.

Chien de garde

petites chèvres

Malgré le danger général que les chiens représentent pour les chèvres, une exception existe : un chien de garde correctement dressé, tel qu’un berger des Pyrénées ou d’Anatolie, peut servir de protecteur plutôt que de menace pour les chèvres naines. Ces races ont eu la connexion prédateur-proie qui en est sortie, remplacée par un instinct de protection de la nature animale qui a fait leur proie. Ces races combattront presque tout et sont suggérées pour les propriétaires de chèvres naines.

Source

Laisser un commentaire