Les serpents à sonnette se déplacent-ils rapidement ?

Les serpents à sonnette font l’objet d’innombrables mythes et contes ; parmi eux se trouve l’idée qu’ils frappent plus vite que tout dans la nature. Comme c’est souvent le cas, la vérité est moins fantastique. Les crotales sont beaucoup plus lents qu’on ne le pense généralement. Dans la plupart des cas, les humains sont capables de mouvements relativement plus rapides.

Locomotion rectiligne

La locomotion rectiligne est la principale méthode de déplacement pour la plupart des crotales. Tout en voyageant de cette manière, le serpent à sonnette se trouve généralement en ligne droite et avance d’un pouce en utilisant ses côtes un peu comme une chenille ou un mille-pattes utiliserait ses pattes. Le mouvement rectiligne n’est pas rapide et n’est pas censé l’être. De nombreux serpents de grande taille – y compris d’autres vipères, boas et pythons – voyagent de cette façon parce que c’est économe en énergie.

Locomotion serpentine

Lorsqu’un serpent se déplace d’avant en arrière sur le sol – saisissant et poussant de manière transparente de petites irrégularités de surface – cela s’appelle un mouvement serpentin ou une ondulation latérale. C’est la forme de déplacement la plus rapide pour la plupart des serpents, mais les serpents à sonnette ne se livrent pas souvent à ce style de locomotion. La vitesse des serpents à sonnette n’a pas été spécifiquement mesurée, mais ils se déplacent probablement à environ 2 à 3 miles par heure en très courtes rafales. En comparaison, les humains les plus rapides peuvent courir jusqu’à 28 miles par heure. L’humain moyen pourrait facilement distancer un serpent à sonnette.

Sidewinding

Sidewinding est une méthode de locomotion dans laquelle un serpent se déplace en diagonale par rapport à la direction à laquelle il fait face. En lançant une boucle de son corps en diagonale vers l’avant, la boucle peut saisir le sol et faire basculer les tiers arrière et avant du corps vers l’avant. Bien que de nombreuses espèces le fassent pendant de courtes rafales, le sidewinding est surtout connu du serpent à sonnette le plus rapide, le sidewinder (Crotalus cerastes). Cette méthode de locomotion est efficace sur les substrats meubles et aide les serpents à éviter un contact prolongé avec le sable chaud. On pense que les Sidewinders sont capables d’atteindre 3 miles par heure pour de courtes rafales, mais qu’ils se nourrissent probablement à un dixième de cette vitesse.

Frappant

Bien que parfois qualifiée de « chose la plus rapide de la nature », la frappe d’un serpent à sonnette n’est pas aussi rapide qu’on le suppose généralement. Les crotales des prairies adultes ( Crotalus viridis viridis ) se déplacent d’environ 8 pieds par seconde, selon le célèbre herpétologue Lawrence Klauber dans son livre « Rattlesnakes: Their Habits, Life Histories and Influence on Mankind, Volume I. » Cela se traduit par environ 5 milles à l’heure – beaucoup plus lent que le coup de poing d’un humain, qui se déplace entre 15 et 30 milles à l’heure. Certains serpents et coups individuels sont légèrement plus rapides ou plus lents que cela ; les résultats expérimentaux ont légèrement différé selon les températures et les espèces de crotales étudiées. Les serpents se déplacent plus rapidement dans des températures plus chaudes, et on pense que les crotales à dos de diamant de l’Ouest (Crotalus atrox) frappent plus rapidement que les crotales des prairies.

Vibration de la queue

La vitesse de la queue est supérieure à la vitesse de la locomotive ou de la frappe des serpents à sonnette. Comme l’ont noté Brad R. Moon et al. dans une étude de 2002 publiée dans le « Journal of Experimental Biology », la vitesse d’agitation de la queue varie selon l’espèce, la taille et l’individu ; mais 50 cycles par seconde est une moyenne raisonnable. Bien que d’autres serpents fassent vibrer leur queue comme mécanisme de défense, aucun n’atteint des taux similaires ou n’a l’endurance que les serpents à sonnettes. Pour ce faire, les crotales ont développé des muscles spécialisés qui secouent la queue.

Source

Laisser un commentaire