Les serpents ont-ils des os dans leur corps ?

Leur flexibilité peut donner l’impression que les serpents n’ont pas d’os, mais ils en ont – beaucoup d’entre eux. Alors que les humains adultes ont 206 os, les serpents peuvent en avoir 300 ou plus, selon leur taille et leur espèce. Contrairement aux humains et à la plupart des mammifères, cependant, les serpents n’ont que quelques types d’os – le crâne, la mâchoire et la colonne vertébrale.

Cadre de base

Les serpents ont des épines dorsales flexibles composées de vertèbres et de côtes, de crânes et de mâchoires avec des dents. Deux côtes s’attachent à chaque vertèbre, à l’exception de la queue, qui n’a pas de côtes. Les projections osseuses des vertèbres sur les extrémités avant et arrière de la colonne vertébrale verrouillent les vertèbres terminales en place, permettant une flexibilité de la colonne vertébrale mais l’empêchant de glisser hors de sa place.

Desserrez cette ceinture

Les côtes d’un serpent ne se rejoignent pas mais ont des extrémités libres. Cela permet une expansion pour l’ingestion de grandes proies, ainsi qu’une compression chez certaines espèces. Par exemple, lorsqu’un cobra forme une capuche, il tire ses côtes supérieures vers le haut. Le serpent à nez plat rentre ses côtes pour s’aplatir dans un mécanisme défensif. L’absence de sternum aide également à permettre au serpent d’ingérer des proies.

Grand ouvert

Attachés au crâne avec des ligaments extensibles, des mâchoires hautement spécialisées permettent au serpent de capturer et d’ingérer des proies beaucoup plus grandes que sa bouche. Quatre éléments de mâchoire distincts peuvent se déplacer individuellement, ce qui signifie que le serpent peut s’ouvrir largement latéralement ainsi que verticalement. La mâchoire inférieure s’éloigne du crâne, permettant au serpent d’avaler des proies beaucoup plus grosses que sa tête. Les os à l’avant de la mâchoire ne sont pas fusionnés, de sorte qu’un serpent « promène » essentiellement sa proie dans sa bouche, en déplaçant alternativement les mâchoires de chaque côté.

Vestiges de membres

Les pythons et les boas constricteurs ont des vestiges de pattes postérieures appelées éperons pelviens, ainsi que de petits os internes dans la région pelvienne. Ces éperons sont mieux développés chez les mâles et sont petits ou absents chez les femelles. Les mâles contrôlent ces pattes résiduelles et les utilisent pour faire la cour pour tenir les femelles.

Source

Laisser un commentaire