Liste des insectes venimeux qui peuvent cracher

Parmi les nombreuses variétés d’insectes venimeux, certaines espèces sont capables de projeter une substance toxique ou caustique de leur corps comme mécanisme de défense. Ces liquides sont généralement synthétisés et pulvérisés à partir d’organes spécialisés situés sur la tête ou l’abdomen d’une espèce. Les effets d’un tel venin sur les humains vont d’un inconfort léger et momentané à une douleur intense qui dure des heures.

Coléoptères terrestres

Les coléoptères appartenant à la famille des Carabidae, également connus sous le nom de « coléoptères terrestres », ont développé des ensembles de glandes le long de leur abdomen capables de libérer un spray acide et chauffé. Contrairement à certains autres insectes volants, les coléoptères ne peuvent pas déployer leurs ailes et prendre leur envol rapidement, ce qui les rend vulnérables aux prédateurs qui se déplacent rapidement. On pense donc que le spray sert de distraction pour aider à s’échapper. La famille est largement dispersée à travers l’Europe, l’Asie et l’Afrique. Certaines espèces, comme le Stenaptinus insignis africain, peuvent diriger leurs glandes à venin dans plusieurs directions en ajustant leurs pattes arrière.

Bâtons de marche

Les insectes appartenant à la famille des Phasmatidae sont communément appelés « bâtons de marche » en raison de leur forte ressemblance avec les brindilles ou les branches. Ce camouflage naturel aide à protéger les cannes herbivores (plantivores) des prédateurs. Les adaptations défensives supplémentaires varient selon les espèces. Quelques-uns, comme le phasme américain ( Anisomorpha buprestoides , trouvé dans certaines parties du sud-est des États-Unis ), sont capables de pulvériser une substance légèrement acide jusqu’à deux pieds des glandes situées dans le thorax. Les phasmes américains dirigent généralement le spray vers le visage d’une cible, provoquant une gêne et même une cécité temporaire si la substance entre en contact avec les yeux.

Fourmis

Parmi les milliers d’espèces de fourmis (famille des Formicidae), certaines sont capables de produire un venin douloureux libéré par morsure, piqûre ou pulvérisation. Parmi cette dernière variété se trouve la Camponotus consobrinus ou «fourmi à sucre», une espèce australienne qui peut éjecter un acide de son abdomen en guise d’avertissement aux prédateurs. Des groupes entiers de fourmis à sucre peuvent utiliser cette tactique pour défendre un nid. Une espèce apparentée connue sous le nom de Camponotus saundersi a une adaptation défensive plus extrême. Chaque segment du saundersi est recouvert de glandes à venin. L’animal peut rompre ces glandes d’un seul coup s’il est menacé, se tuant et libérant du poison dans toutes les directions.

Source

Laisser un commentaire