Un serpent mocassin d’eau a-t-il une langue fendue?

Les mocassins d’eau (Agkistrodon piscivorus), également appelés cottonmouths, font partie de la famille reptilienne des Viperidae. On les trouve dans le sud-est des États-Unis et aussi loin à l’ouest que le Texas. Ces grandes vipères semi-aquatiques sont agressives et capables de frapper mortellement les humains et les autres animaux. Très conscients de leur environnement, les mocassins d’eau chassent, traquent et échappent habilement aux prédateurs, en partie grâce à leur langue fendue ou fourchue.

Épée gainée

La langue fourchue des mocassins d’eau et autres serpents fait partie d’un système de perception complexe qui leur permet de naviguer dans leur environnement avec une acuité extraordinaire. C’est un instrument de survie tellement vital qu’il est protégé dans son propre enclos. Si la bouche d’un serpent est grande ouverte, seule la pointe fendue de la langue est visible, car la majeure partie est dissimulée dans une gaine dans la mâchoire inférieure. Lorsque la langue est effleurée, elle passe à travers une encoche dans la mâchoire appelée rainure rostrale, permettant au serpent d’effleurer sa langue sans ouvrir la bouche.

Super sens

Les langues fourchues des mocassins d’eau fonctionnent en conjonction avec deux minuscules structures en forme de bulbe sur les toits de leur bouche appelées le système voméronasal. Équipé de chimiorécepteurs, le système voméronasal analyse les phéromones, qui sont des messagers chimiques émis par les animaux. Au fur et à mesure que la langue du mocassin d’eau sort en spirale de la rainure rostrale, les deux pointes fourchues s’étendent largement, captant des phéromones à gauche et à droite. Chaque fois qu’il est rétracté à l’intérieur de la bouche, il transmet les informations aux organes voméronasaux, qui les transmettent au cerveau, informant du prochain mouvement du mocassin d’eau.

Utilisation pratique

Que ce soit pour une sortie en soirée, un dîner ou à la recherche de l’amour, le mocassin d’eau lance à plusieurs reprises sa langue en l’air, recueillant toutes les informations dont il a besoin. S’il y a un rat à 5 pieds à gauche, la fourche gauche de la langue du mocassin d’eau capte les phéromones, les transmettant au cerveau via le système voméronasal. Le mocassin d’eau se déplace lentement vers sa gauche, se dirige vers le rat détecté et frappe. Le rat peut ne pas mourir immédiatement. Il court, le poison s’emparant lentement de son corps. Utilisant les récepteurs de sa langue, le mocassin d’eau suit patiemment le rat, attendant qu’il succombe aux toxines avant de le consommer. De la même manière, les mocassins d’eau sont capables d’éviter la mangouste dans les buissons, de se cacher d’un faucon qui tourne ou de localiser d’éventuels partenaires.

La langue du serpent mythique

Les mythes séculaires abondent concernant la mystérieuse langue fourchue du serpent. À la fin du 18e et au début du 19e siècle, beaucoup croyaient que les langues de serpent détenaient des pouvoirs magiques contre le poison. Des pots de langues fourchues remplissaient les armoires à pharmacie des classes d’élite. Un autre mythe – toujours tenu par beaucoup – est que les langues de serpent contiennent du venin, qui est transmis lorsque la langue touche simplement une cible. Certains croient que la langue est une arme, que ses deux pointes fourchues sont des dards durs et pointus. Aucune de ces histoires n’est vraie, bien sûr, mais elles ne font rien pour apaiser la peur exagérée des serpents entretenue par tant de personnes.

Source

Laisser un commentaire